news-details
Au cœur de l'entreprise

Dr Ahmed A. Traoré, Directeur des Ressources Humaines et Compétences de l’Agence National du Service Universel des télécommunication et TIC (ANSUT)

" Les Relations Industrielles (RI) voient le monde du travail comme un tout"

 

Dr Ahmed A. Traoré est le Directeur des Ressources Humaines et Compétences de l’Agence National du Service Universel des télécommunication et TIC (ANSUT). Premier ivoirien diplômé d’un PhD en relations industrielles, il est à ce titre une personne ressource pour nous parler de cette discipline. Entretien!

 

RH Mag : C’est quoi les relations industrielles ?

 

Ahmed TRAORE : Les relations industrielles (RI) s'intéressent à l'ensemble des rapports qui s'établissent entre les individus, les organisations et leur environnement, dans le cadre du travail et de l’emploi. En ce sens, les RI constituent ce qu'il est convenu d'appeler un champ d'études et de pratiques professionnelles s'appuyant sur des disciplines fondamentales que sont le droit, les sciences administratives et de gestion, l’économie, la psychologie et la sociologie.

 

Quelle est la particularité de cette discipline qui semble encore nouvelle sous nos tropiques ?

 

Les RI voient le monde du travail comme un tout ; à la fois les méthodes de travail, les politiques publiques et surtout les émotions et la motivation au travail. Par conséquent, la formation universitaire en relations industrielles est nécessairement multidisciplinaire, afin de connaître et de comprendre le travail et l’emploi dans ses divers aspects humains, organisationnels et sociétaux.

Le spécialiste en relations industrielles est formé pour intervenir dans les domaines variés du monde du travail notamment la gestion des ressources humaines, les relations du travail et le syndicalisme, les politiques gouvernementales en matière de travail et d'emploi, la santé et la sécurité du travail, la santé et le mieux-être au travail, le droit et régulation du travail, les aspects internationaux et comparatifs du travail et de l'emploi.

 

Quelles sont les universités qui forment dans cette discipline et combien de temps dure la formation ?

 

Dans le monde, je ne saurai vous dire exactement le nombre d’université qui forme en relations industrielles mais je puis vous dire qu’au Québec par exemple sur 19 universités, il n’y a que 5 qui forment en relations industrielles.

La formation au Baccalauréat qui est l’équivalent de la licence 3 dure 3 ans avec 90 crédits. La maîtrise dure en moyenne 2 ans avec 45 crédits et le PhD en moyenne 5 ans.

 

A quels aspects de la relation entre les employés et leurs employeurs s’entendent les relations industrielles ?

 

Comme je l’ai signifié plus haut, les RI fondent leur champ d’action sur l’ensemble des relations en milieu de travail et leurs conséquences tant pour les individus, les entreprises que la société.

 

Quelles sont les tâches précises que les diplômés en relations industrielles sont appelés à remplir au sein d’une organisation ?

 

Les diplômés en RI peuvent se retrouver dans l’ensemble des fonctions qui touchent la relation d’emploi. On peut citer entre autres les fonctions d’agent de dotation, d’agent syndical, de chasseur de têtes, de conciliateur en relations de travail, de conseiller en ressources humaines, de conseiller syndical, de directeur des ressources humaines, de spécialiste en relations ouvrières, de conseiller en santé et sécurité au travail.

 

Comment les relations industrielles peuvent-elles contribuer au développement des organisations ?

 

Les RI permettent d’abord d’analyser les relations d’emploi sous plusieurs angles ; ce qui permet de mieux apprécier les problèmes et proposer des solutions qui couvrent l’ensemble des besoins des parties en présence. Au-delà, l’approche RI est plus stratégique qu’opérationnelle dans le sens où elle va au-delà de la perception d’une partie à la fois. Quand on analyse une situation, on prend en compte à la fois le travailleur, l’organisation et les institutions du travail. Un exemple de situation serait comment le marché du travail influence les pratiques de rétentions des employés dans les organisations. Une telle problématique ferait intervenir à la fois les contingences économiques du moment, la situation de concurrence des entreprises dans un marché et les facteurs de motivation des employés. Vous voyez comment une telle analyse est à la fois transversale et stratégique.

 

Cette discipline couvre également le champ des ressources humaines. Alors, qu’est-ce qui pourrait justifier le manque d’engouement des GRH pour cette discipline à forte valeur ajoutée pour les organisations ?

 

Je pense que c’est uniquement parce qu’ils ne la connaissent pas. Au demeurant, il faut ajouter les RI sont d’origine anglosaxonne alors que nous baignons en Côte d’Ivoire dans un univers académique et professionnel très francophone. Les HR Managers qui ont cette formation l’ont fait en général au Canada. Et on les trouve de plus en plus dans les entreprises ivoiriennes.

 

Vous êtes l’un des rares DRH en Afrique francophones à être titulaire d’un PhD dans cette discipline. C’est certainement une fierté pour vous…

 

Oui j’en suis fier. A ma connaissance, je suis le premier ivoirien diplômé d’un PhD en relations industrielles et peut-être même africain subsaharien. C’est une fierté pour moi et au-delà pour la Côte d’Ivoire qui compte de nombreux cadres de grandes valeurs.

 

Comment est-ce que les communautés des GRH en Côte d’Ivoire pourraient tirer profit de votre expertise en matière de relations industrielles ?

 

Les communautés des GRH tirent déjà profit de cette expertise en RI. Déjà, j’ai prononcé une conférence sur la digitalisation lors de la dernière journée RH (2019). Je prépare en ce moment des conférences à l’endroit des étudiants de nos universités sur les thématiques du travail. Et j’espère qu’en collaboration avec le RIGRH, nous pourrons travailler à faire monter en compétence les GRH sur les aspects stratégiques de notre métier qui ont une forte valeur ajoutée.

Vous pouvez partager cette publication!

Autres articles