news-details
Offre & formation

CHARTE DU MANAGER SOCIAL

Extraits des ouvrages de M. Marcel ZADI KESSY,  Capitaine d'industrie émérite, ancien Président du Conseil Economique et Social de Côte d'Ivoire.

1- « Je suis profondément convaincu que l’homme est au centre de toute activité et que la croissance dans une entreprise n’a de sens que si elle s’accompagne de la promotion des hommes qui y travaillent. » Culture africaine et gestion de l’entreprise moderne, P.218

2- « .. la femme présente pour moi de nombreux atouts pour neutraliser la pression communautaire qui, trop souvent en Afrique, est source de fraude et de corruption. Elle est plus respectueuse des procédures. Elle sait être à la fois ferme et courtoise. » Culture africaine et gestion de l’entreprise moderne, P.190

3- « Le souci de rentabilité d’une entreprise ne devrait pas amener les dirigeants à sacrifier la politique sociale qui permet de garantir la pérennité de cette entreprise. » Culture africaine et gestion de l’entreprise moderne, P.218

4- « … la communication occupe une place importante dans la politique managériale.  J’ai fait le choix d’une stratégie de communication de proximité à cause de la faiblesse de la distance hiérarchique. La politique de communication permet à la hiérarchie d’être plus ouverte et accessible aux collaborateurs. » Culture africaine et gestion de l’entreprise moderne, P.211 

5- « C’est sans doute en initiant des actions sociales en faveur de ses salariés que l’entreprise africaine peut être plus proche d’eux, qu’elle peut les motiver et avoir leur adhésion. C’est seulement de cette façon que l’entreprise capitaliste arrivera à s’adapter progressivement à la mentalité africaine. » Culture africaine et gestion de l’entreprise moderne, P.131

6- « En tant que dirigeant d’entreprise, je me garde de prendre une importante décision sans associer les syndicats ou sans prendre en compte leurs éventuelles observations. Généralement, un syndicat ne lance un mot d’ordre de grève que quand il est, soit ignoré, soit frustré par l’employeur. » Culture africaine et gestion de l’entreprise moderne, P.218

7- « ... ma philosophie managériale… s’appuie sur des recommandations très simples : il s’agit, dans tout ce qu’on entreprend, de prendre l’homme, son environnement, sa culture, si on veut bâtir une œuvre durable. » Culture africaine et gestion de l’entreprise moderne, P.237

8- « La formation continue des travailleurs est pour moi une priorité. Un collaborateur appelé à changer de fonction ou à occuper des fonctions de niveau supérieur doit au besoin acquérir une formation complémentaire. » Culture africaine et gestion de l’entreprise moderne, P.194

9- « Pour moi la seule façon d’enrichir la communauté, c’est d’enrichir chacun de ses membres en l’invitant à créer, par son travail, toujours plus de richesses. Quand le niveau de pauvreté individuelle aura baissé, la communauté se portera mieux. » Responsabilité politique et développement de proximité, P.52

10- « … je fais partager à mes collaborateurs mon souci de justice et d’équité. J’insiste sur la nécessité de dire le droit pour tous de la même manière. Je leur rappelle constamment qu’il faut éviter des situations d’injustice qui pourraient créer des frustrations et dégrader le climat social. » Culture africaine et gestion de l’entreprise moderne, P.203

11- « Nul n’a le droit d’être heureux seul. Et une hirondelle ne faisant pas le printemps, … C’est pourquoi j’invite les cadres ivoiriens et nos communautés à s’inscrire dans cette démarche de développement participatif sans tenir compte des positions sociales et sans préjugés. C’est l’union des cœurs et des esprits qui fait la force  et enclenche le changement. Quiconque le désire peut rendre visite au village de Yacolidabouo et juger personnellement des changements qui y ont été opérés. » Responsabilité politique et développement de proximité, P.61, P.56-57

12- « J’ai la ferme conviction que pour mobiliser efficacement les travailleurs africains, il est nécessaire que l’entreprise qui les emploie, sans se transformer en une institution de bienfaisance, soit proche d’eux et les aide à résoudre les problèmes liés à la pression communautaire. » Culture africaine et gestion de l’entreprise moderne, P.220

 
                                                                                                                                                                     Ange TRA BI
                                                                                                                                                            Directeur de Publication 


Vous pouvez partager cette publication!

Autres articles