Comptabilisation des engagements sociaux selon le SYSCOHADA révisé

  • Auteur

  • Publié le

  • Catégorie

    ACTUALITE
  • Nbr vues

    56 fois

INTELLIGENCE OUAGA filiale de MZK Group et SUNU Assurances vie Burkina Faso ont organisé une rencontre d’échanges réunissant des Directeurs des ressources humaines et des Directeurs financiers et comptables le vendredi 22 juin 2018 à Ouagadougou. Cette rencontre avait pour but d’éclairer les participants sur les nouvelles mesures adoptées par le SYSCOHADA. Ce fut également l’occasion pour l’entreprise SUNU Assurances Vie Burkina Faso d'aller au contact de sa cible pour échanger sur les indemnités de fin de carrières.

«Comptabilisation des engagements sociaux selon le SYSCOHADA révisé ». C’est le thème principal qui a été retenu pour cette rencontre qui a réuni des Directeurs des Ressources Humaines et des Directeurs des Finances et de la Comptabilité autour d’un cocktail d’échanges. « Nous offrons des plateformes de rencontres et d’échanges aux différentes sociétés qui veulent rencontrer les cibles privilégiées afin d’échanger sur un sujet, un produit ou un service ». C’est l’explication qui a été donnée par Adama ZERBO, Gérant de Intelligence Ouaga.

Une présentation a été faite par Monsieur Amidou KI, Expert-comptable, sur le thème principal de la rencontre. Dans son exposé il a rappelé que le SYSCOHADA a été révisé et est entré en vigueur le 1er Janvier 2018. Cette nouvelle règlementation rend obligatoire la comptabilisation de l’indemnité de départ à la retraite. Dans ce nouveau SYSCOHADA, qui compte plus d’une centaine d’articles, a-t-il confié, « il y a des innovations sur le traitement de l’Indemnité de départ à la retraite. Il y a un changement dans la forme des états financiers. Le traitement comptable a beaucoup évolué ».

SUNU Assurances vie a également présenté son produit “Indemnité de Fin de Carrière (IFC)” aux participants. Cette présentation a été faite par Monsieur Boukari SAVADOGO, Directeur Technique à SUNU Assurances vie Burkina Faso, qui a fait comprendre, dans son exposé que l’IFC est une « obligation légale et contractuelle ». « Lorsqu’une entreprise emploie des personnes, elle a l’obligation de constituer un passif et de régler les

IFC au fur et à mesure que les employés quittent l’entreprise, soit par démission avec droit, soit par licenciement avec droit, soit par décès ou par un départ à la retraite », a-t-il expliqué avant de préciser que la solution qu’offre SUNU Assurances dans ce sens est de donner la possibilité à l’entreprise de délocaliser la gestion de ce passif. « Cela a plusieurs avantages fiscaux et stratégiques », a-t-il ajouté, indiquant que lorsque l’on délocalise l’IFC,

il n’y a plus de risque de confusion de patrimoine.