Joël Eric Missainhoun, Associé et Directeur pays du cabinet AfricSearch : “ Nous avons sélectionné 2000 candidats sur 6000. ”

  • Auteur

  • Publié le

  • Catégorie

    A L'ECOUTE
  • Nbr vues

    155 fois

IRH Mag : C’est aujourd’hui la énième fois que vous organisez le forum Afric Talents. Quelle logistique vous avez mis en place pour encadrer cette grande affluence ?

IRH Mag : C’est aujourd’hui la énième fois que vous organisez le forum Afric Talents. Quelle logistique vous avez mis en place pour encadrer cette grande affluence ?

Joël Eric Missainhoun  :

Depuis la 1édition à Paris, la logistique est restée la même. C’est vrai que nous essayons d’améliorer, d’innover, de transformer les choses en les adaptant à notre environnement parce que le forum à Paris n’a pas forcément la même physionomie que celui d’Abidjan, Lomé ou Dakar même si l’esprit reste le même. Mais en termes de logistique, c’est évidemment quelque chose de très rigoureux, très costaud… Cela nécessite de faire intervenir un certain nombre de prestataires, dans la partie communication avec un guide que nous publions ; dans la partie logistique, nous avons des partenaires qui sont chargées de monter et décorer les stands. Ce n’est pas parce qu’on parle d’emplois qu’il ne faut pas y mettre de la qualité. Sinon nous aurions pu faire cet évènement dans d’autres endroits beaucoup moins coûteux, mais nous tenons à montrer aux candidats qu’ils sont précieux pour nous. C’est la matière première pour des cabinets comme le nôtre.

Quelle spécificité pour cette édition à Abidjan ?

A Abidjan, ce que nous avons mis en place comme innovation, c’est ce que nous avons essayé de déployer partout en Afrique mais qu’on ne fait pas à Paris. Ce sont les journées de coaching en marge du forum. Les trois jours qui précèdent le forum, environ 700 candidats déjà présélectionnés ont été reçus par des coachs. Une séance d’une heure chacun, pour les préparer à ce qui les attend sur le forum et plus généralement dans le monde du travail.

Nous constatons une grosse affluence devant le lieu abritant l’évènement. Quel niveau de participation par rapport aux années précédentes ?

C’est nous qui déterminons le nombre de personnes à accueillir puisque c’est sur invitation. En fait, ce niveau de participation est canalisé. Donc en fonction du nombre d’entreprises présentes et du nombre de postes à pourvoir, nous gérons le nombre de personnes qu’on invite pour permettre qu’il y ait un équilibre. Cette année, nous avons invité 2000 candidats sur les 6000 qui ont postulé car après une présélection, nous avons estimé que les2000 correspondaient plus ou moins à ce que recherchaient les entreprises cette année.

Vos objectifs rejoignent ceux des gouvernants. Quels sont vos rapports avec ces derniers ?   

Nous essayons de rapprocher nos réflexions avec les besoins exprimés par les entreprises et le gouvernement. Nos autorités sont très impliquées sur la problématique de l’emploi des jeunes Nous sommes en train de sceller un partenariat entre AfricSearch Côte d’Ivoire et l’Agence emploi jeunes à travers le ministre Sidi Touré. C’est une façon pour nous de nous impliquer clairement dans cette problématique au-delà de notre activité. Et je pense que ce partenariat va nous permettre de nous impliquer de façon plus approfondie.