Kouakou ADAYÉ, Président du Rotary Club Abidjan-lagunes 2016-2017 : “ Susciter à travers cette journée-carrières des vocations métiers ”.

  • Auteur

  • Publié le

  • Catégorie

    INVITE
  • Nbr vues

    122 fois

Le président du Rotary Club Abidjan lagunes explique dans cet entretien les enjeux de cette journée-carrières.

Pourquoi le Rotary décide-t-il d’organiser une telle journée en faveur des élèves ?

Le Rotary met au centre de ses préoccupations la question de la jeunesse. C’est vrai que le Rotary veut construire la paix mondiale et nous pensons que les acteurs de cette paix mondiale, ce sont les jeunes d’aujourd’hui. Donc leurs formations, leur qualité de vie, leur réussite nous intéressent. Nous pensons que pour faire des hommes de paix de demain, ce sont les jeunes d’aujourd’hui qu’il faut éduquer. Voilà pourquoi nous nous adressons particulièrement aux jeunes à travers cette journée-carrière.

Quelles sont les formations qui ont été présentées aux jeunes ?

Parler de formation, ce serait trop large. Nous sommes venus susciter à travers cette journée carrière des vocations métiers pour que les jeunes gens puissent identifier des modèles de réussite. À travers le parcours des professionnels qui sont en face d’eux, ils pourront avoir une image pour se construire demain.

En parlant de vocation, est-ce que vous sentez en eux un intérêt particulier pour tout ce qu’ils entendent et voient en ce jour ?

A voir l’engouement dans les salles, les questions qui sont posées, on sent que les enfants sont intéressés. En fait, cette journée, nous la faisons en termes de rupture par rapport aux organisations classiques où on vient dire à l’enfant la moyenne qu’il faut avoir pour aller dans tel circuit. Ici (à la journée carrières, ndlr), nous faisons parler un professionnel qui dit : comment on accède au métier ? quel est le parcours et qu’est-ce qu’on en tire ? On enseigne par l’exemple. 

Votre initiative va-t-elle s’étendre à d’autres établissements scolaires ?

Nous sommes à la 4 édition pour cette activité et nous avons fait du lycée classique notre ligne de mire. C’est une graine que nous plantons et que nous arrosons tout doucement. Nous espérons voir peut-être dans 6 ou 7 ans un enfant témoigner que c’est grâce à nous qu’il a opté pour tel métier et qu’aujourd’hui il est un professionnel, il est rotarien. Nous réfléchissons éventuellement en fonction des expériences que nous tirons pour voir comment élargir cette expérience à d’autres clubs afin que ce soit véritablement une grande manifestation. C’est un partage qu’il faut avoir avec les autres.