Yéo Amidou, Directeur Général Sud-Nord-Sécurité : "Il faut une formation pointue aux agents de sécurité."

  • Auteur

  • Publié le

  • Catégorie

    A L'ECOUTE
  • Nbr vues

    59 fois

Après dix-sept années à faire ses armes dans le métier de gardiennage, M. Yéo Amidou est aujourd’hui à la tête de sa propre compagnie, Sud-Nord-Sécurité. Vigile, opérateur radio, chef patrouilleur, chef de personnel... C’est avec fierté qu’il relate son parcours.

IRH Mag : En quoi consiste le travail de l’agent de sécurité ?

Yéo Amidou : La sécurité étant un état dans lequel il n’y a pas d’exposition au danger, la fonction d’agent de sécurité revient donc à maintenir un bon niveau de vigilance, prévenir les risques potentiels et intervenir de façon efficace lors d’un évènement réel. Et en la matière, comment se distingue Sud-Nord-Sécurité Nord-sud-Sécurité est une société spécialisée dans la sécurité des personnes et des biens. Forte d’une équipe de professionnels expérimentés, nous mettons en œuvre tous les moyens pour accompagner nos clients. Dans le domaine de la sécurité, il n’y a pas une très grande différence d’une maison à une autre, mais seule la qualité des prestations fait la différence.  Ensuite, il y a tellement de compagnies de sécurité et de gardiennage aujourd’hui en Côte d’Ivoire qui exercent bien souvent sans autorisation, que je recommande aux structures sérieuses de remplir toutes les conditions et de faire valoir comme nous, leur grande expérience dans le domaine pour la satisfaction de nos clients. La formation pointue, demeure, enfin, selon nous la clé de voûte du succès d’une société de sécurité. En effet, un agent de sécurité mal formé est un danger pour le client et même pour l’entreprise elle-même. Ceci pour dire que nous mettons vraiment un accent

sur la formation pour garantir la sécurité de l’ensemble des personnes qui nous sollicitent.

En quoi consiste la formation, justement, dans la sécurité ?

Nous leur apprenons toutes les notions de bases théoriques et pratiques de la sécurité, ajouté à cela une bonne maitrise des arts martiaux.

Quels sont les critères d’appréciation de la satisfaction des clients ?

Après nos différentes prestations, nous avons pour habitude de remettre à nos clients une fois par mois des fiches d’observation. Ces fiches soulignent les différents ratés de nos agents sur le terrain. Une fois que nous les recevons, nous prenons en compte toutes les remarques susmentionnées en collaboration avec nos services techniques.

Comment s’opère la supervision des agents pour garantir la qualité de service ?

Pour s’assurer de la qualité de nos services sur le terrain, nous avons nommé un superviseur qui, à la tête d’une patrouille, veille sur le bon déroulement du travail. En toute franchise, dans ce milieu lorsque les agents ne sont pas surveillés, ils peuvent parfois avoir des attitudes répréhensibles. Ils peuvent par exemple mal se vêtir alors que dans ce cas, ce serait véhiculer une mauvaise image

de l’entreprise. Il faut alors des personnes à leur trousse pour s’assurer qu’ils font correctement leur travail. Nous mettons aussi à leur disposition des formateurs qui les visitent régulièrement pour des réglages et recyclages afin de toujours maintenir leur opérationnalité.

Quel est l’apport des nouvelles technologies dans le domaine de la sécurité ?

Avec l’évolution des technologies, il faut reconnaître que le gardiennage physique tend peu à peu à disparaitre au profit de la vidéosurveillance ou des systèmes d’alarme et autres. Nous avons l’ambition d’accroître et de diversifier nos prestations en nous dotant de matériels informatiques

et technologiques de pointe à l’image des entreprises modernes. Le métier de la sécurité est pourvoyeur

d’emplois.

Quel est l’état d’esprit des jeunes qui viennent à ce métier ?

Il y a beaucoup de jeunes gens qui accourent à ce métier par vocation. Mais franchement, bon nombre d’entre eux y viennent en le prenant comme un tremplin. Nous avons reçu régulièrement des jeunes étudiants qui, par exemple, souhaitent se faire un peu d’argent pour ensuite continuer leurs études.

Le créneau intéresse beaucoup aussi les pratiquants d’arts martiaux, semble-t-il ?

En effet ! Moi-même j’ai été pratiquant d’arts martiaux, notamment du shotokan. Cela est dû au fait que le plus souvent, ces agents formés aux arts martiaux sont utilisés comme gardes-rapprochés. En matière de sécurité, avant d’affecter un agent auprès d’une personnalité, il faut au préalable s’assurer qu’il est rompu aux arts martiaux et maitrise toutes les techniques d’auto-défense