news-details
Contributions

"Le digital learning est une réponse de la fonction RH à la crise COVID-19…" Chatelain Jean-Jacques Macguil, DRH PALMCI - Consultant RH

La formation présentielle est aujourd’hui en berne pendant que la formation en ligne (digital learning) est de plus en plus en vogue. est-ce une simple logique ou une nécessité, vu qu’on était préoccupé par le Coronavirus ? 

En se basant sur une approche ressources humaines, le digital learning se présente comme une réponse de la fonction RH à la pandémie COVID-19. En effet, les mesures barrières sont une véritable limite pour la formation en présentielle, et pourtant les entreprises doivent continuer de fonctionner et donc, le développement des compétences des travailleurs doit, lui aussi, se poursuivre. 

La crise sanitaire plonge les entreprises dans une grande incertitude à court et moyen terme. Leur réflexe, réduire le budgets alloué à la formation. Croyez-vous que ce soit une bonne idée ? 

Cette pandémie à surpris tout un chacun, et vu les premières réactions pour lutter contre celle-ci (confinement et distanciation physique), il apparaît clairement que le fonctionnement des entreprises est impacté. Cet impact se ressent directement sur les résultats financiers des entreprises en raison de la baisse des activités économiques causée par la COVID-19, et cela dans tous les secteurs d’activités. Il est donc logique que les entreprises, si elles n’ont pas été contraintes de fermer, pour se maintenir, elles ont dû systématiquement mettre en place un plan de réductions des coûts en vue de minimiser l’impact négatif de cette pandémie sur leur résultat financier. De plus, la mise en œuvre des mesures barrières au sein des entreprises à engendrer un surcoût énorme, vu que ces dépenses n’étaient prévues dans aucun budget. L’on se retrouve donc face à une pandémie qui réduit la performance financière des entreprises tout en les obligeant à engager des dépenses non budgétisées, alors oui, la mise en place d’un plan de réduction budgétaire est une stratégie qui s’impose aux entreprises.

Lire aussi : Coronavirus : PME et résilience

Pouvez-vous nous donner votre avis sur le digital learning ? Croyez-vous qu’elle pourrait prospérer après la crise sanitaire que nous vivons ? 

Comme annoncé précédemment, le digital learning est une réponse de la fonction ressources humaines à la crise COVID-19, afin de maintenir le développement des compétences des travailleurs. Très peu utilisée auparavant, cette forme de formation s’est très vite imposée non pas seulement aux entreprises, mais aussi au système éducatif de nos différents pays. Oui, cette crise, nous a permis d’explorer de nouvelles méthodes de travail et je pense que le digital learning fera partie des innovations qui demeurerons après la crise.

Les fournisseurs de digital learning tentent de convaincre les  directions formation  que leur offre, catalogue et services, est à même de répondre à leur besoin de maintenir le lien et les compétences. Vous y croyez ? 

Dans une certaine mesure, je dirai oui, mais nous ne devons pas non plus oublier que toutes les formations ne peuvent pas se faire en ligne. Il nous appartient donc, en tant que DRH, de pouvoir faire la part des choses. Bien que le digital learning, présentent beaucoup d’avantages, notamment en termes de disponibilité et de coût, il n’en reste pas moins que la formation en présentielle garde toutes ces lettres de noblesses et subsistera toujours au sein de nos différents plans de développement des compétences en entreprise. 

On accorde une énorme place aujourd’hui au digital learning du fait notamment de l’existence d’opportunités réelles. Cependant, est-ce pour autant que le risque de désillusion est à écarter définitivement ? Quels sont les risques auxquels cette méthode de formation peut-elle exposer le travailleur ? 

De mon point de vue, en termes de formation, deux aspects restent primordiaux : la qualité et les compétences pédagogiques du formateur et la capacité d'assimilation de l’apprenant. Ne mettons pas la charrue avant les bœufs, le digital learning pour l’instant est une option qui nous permet d’assurer la continuité du développement des compétences de nos travailleurs pendant cette période de crise. Mais nous n’avons pas systématiquement transformé tout notre programme de formation en présentielle en un programme de formation en ligne. Le faire, pour moi, serait se donner l’illusion que nous avons pu réaliser, en période de crise, un programme de formation. Mais en réalité, sommes-nous certains d’avoir atteints nos différents objectifs pédagogiques. Le plus grand risque est que les travailleurs n’assimilent pas correctement, voire totalement le contenu de la formation lorsque celle-ci est donnée en ligne. On aura, dans ce cas, choisi certes une option réaliste, moins coûteuse, mais en termes de « gain », l’on aura des travailleurs avec des compétences toujours en deçà des attentes de l’entreprise 


Comment alors former pour maintenir le lien et développer des compétences en réduisant ces risques ? Avez-vous quelques précautions à proposer ?

Pour moi, la stratégie du digital learning au sein de nos entreprises est totalement à construire et cela doit passer par une sensibilisation des travailleurs sur deux aspects : • L’utilisation des outils du digital learning • Les attitudes à avoir dans un contexte de digital learning pour bien assimiler la formation À cela, je pourrai ajouter la sélection rigoureuse des formateurs et le choix des formations à réaliser en mode digital learning. 

Le digital learning est-il une solution viable pour réduire les coûts de  formation unitaires  pour les entreprises ? 

Je dirai « oui », mais pas pour tous les types de formation et à condition que celui-ci soit inscrit dans une stratégie globale de formation de l’entreprise et soit encadrer par des règles et principes. Et que surtout les prestataires retenus pour animer les différentes formations aient fait leurs preuves en la matière. Ne nous voilons pas la face, capter l’attention de l’apprenant en ligne n’est pas aussi aisé que dans un contexte de formation en présentielle. Et les jeux de rôles, les travaux de groupes et le partage d’expériences qui sont des méthodes pédagogiques très efficace dans le cadre de la formation professionnelle, ne sont pas aisés à réaliser au cours d’une formation en ligne. 





Vous pouvez partager cette publication!

Autres articles
whatsapp