Skip to content
Details
news-details

Jadis reléguée au rang de parent pauvre des fonctions de l'entreprise, la Fonction Ressources Humaines a considérablement grandi en maturité si bien qu'elle se positionne comme un processus à valeur ajoutée. 

A cet égard, sa contribution à la gestion de la pandémie du Codiv-19, au sein des organisations, contribue à renforcer solidement sa légitimité souvent contestée.

Dans cette "guerre", pour reprendre l'expression du Président français, Emmanuel Macron, que nous livrons contre ce virus qui étend ses tentacules, les initiatives prises par les DRH laissent croire qu'ils ont pris leur bâton de pèlerin et ne comptent pas subir la crise actuelle.

Tels des chefs d'orchestre habiles, les DRH coordonnent l'application des mesures prises pour freiner la propagation du virus au sein de leurs entreprises respectives. Pour y arriver, ils font preuve de pragmatisme en réorganisant, par exemple, le dimensionnement de la taille des effectifs afin d'assurer le respect des mesures de distanciation sociales.La réduction des effectifs en dehors d'une planification préalable est un défi car, il s'agit de pouvoir déterminer, sur le court terme, l'effectif essentiel et optimal pour la continuité de l'activité, sachant que rien ne permet de scruter l'horizon ou même d'émettre des hypothèses sérieuses. 

Là où les DRH se trouvent également en première ligne, c'est au niveau l'animation de la communication interne et du dialogue social pendant cette situation sanitaire aux contours partiellement cernés . Avec qui faut-il communiquer?Sur quoi doit-on communiquer ? Quand faut- il communiquer ? Quel canal de communication faut-il utiliser ?

Si en période normale, ces questions peuvent paraître triviales, cela n'est pas le cas pendant une crise d'une telle ampleur.Et pourtant, les DRH doivent prendre la parole.Communiquer est un art dit-on.

Les DRH communiquent sur les modalités de réorganisation du travail et de l'activité, sur le nouveau mode de prestation du travail(télé- travail, etc...), sur les emplois impactés, sur les critères pour définir l'effectif minimum en présentiel et sur les mesures de lutte contre le coronavirus. 

Ces messages sont essentiellement destinés aux clients internes de la DRH (salariés, instances de représentation du personnel, etc...), mais aussi aux clients externes ( Direction Générale du Travail, etc...) notamment, en cas de licenciement.

Pour communiquer,  les DRH organisent des réunions si les mesures barrières peuvent être respectées, sinon ils procèdent par des réunions à distance.Ou encore, ils envoient des flash infos,  des notes de service ou d'informations, etc... 

Le choix des destinataires des contenus des messages est primordial.A cet effet, les DRH prennent le soin de sérier les interlocuteurs ou les cibles en fonction de la pertinence ou de la finalité de l'information à partager. 

Ceci n'est pas une tâche aisée, car il faut mobiliser plusieurs compétences techniques et comportementales (hard and soft skills) pour réussir à faire passer un message utile.

En poursuivant l'incursion dans l'univers des DRH, l'on s'aperçoit aussi que le déploiement du plan d'action relatif au renforcement des compétences des salariés, même s'il est en mode ralenti se poursuit. A ce sujet, l'ingéniosité des DRH est à souligner, car beaucoup ont opté pour des solutions de formation ou d'apprentissage en ligne ou distancielles comme alternative aux formations réalisées en présentiel. Même si le e-e-e-learning existait avant la crise, force est de reconnaître qu'il était une solution de dernier recours utilisé en cas d'empêchement majeur ou de volonté de faire des économies sur le budget des frais du personnel.Jamais, on a vu dans les entreprises autant de modalités de diffusion de savoir à travers diverses applications et plates-formes .

Enfin, le mérite des DRH pendant cette crise réside dans la complicité exemplaire et la coopération étroite avec les médecins du travail, le comité santé et sécurité et les structures étatiques en charge de la crise du covid-19. Ici, les DRH sont dans leur zone de confort car ils agissent en protecteur et en bon père de famille pour prémunir le clan de la menace qui plane. 

Ce n'est pas seulement un réflexe paternaliste qui dicte un tel comportement, mais ce précepte qu'ils appliquent, sans doute:

 « Si vous prenez soin de vos employés, ils prendront soin de votre entreprise » (Richard Branson). 

Pour tout dire, les DRH sont au cœur de la riposte contre le COVID-19, car cette  crise leur offre l'opportunité de prouver leur savoir-faire souvent passé sous silence .

Vous pouvez partager ce post!

Voir aussi

Laisser un commentaire