Details
news-details

« Merci au RIGRH de nous permettre de partager ce moment. Pour ma part, c’est un plaisir d’échanger sur ces préoccupations avec des pairs et ceux qui représentent dans l’organisation nos N+1 direct que j’appelle affectueusement nos compagnons d’infortune au quotidien. 

Ceci étant dit, je dirais que le binôme DG – DRH est le couple improbable. Je le dis parce que nous sommes enfermés à longueur de journée dans des problématiques qui sont spécifiques à nos métiers, à chacun d’entre-nous mais qui au bout du compte se rejoignent parce qu’elles visent les mêmes objectifs. Ce n’est pas anodin que l’on parle de fonction ou de position, mais plutôt de posture.
En effet pour moi, la posture va plus loin que la fonction qu’on occupe dans l’entreprise. (…) Il y a des attentes partout, comme l’a signifié Désiré, avant moi. À partir de ce moment, il faut être conscient de ces attentes, conscient des réponses que nous sommes capables d’apporter à ces attentes.

Nous, DRH, n’aurons pas les réponses à toutes les questions ou à toutes les situations, bien que ce soit ce qui est attendu de notre part. par contre, nous sommes accompagnés et c’est en cela que le binôme DG – DRH a tout un sens pour moi, parce qu’un DG qui ne fonctionne pas avec son DRH, à travers un certain nombre d’éléments, notamment la place de la DRH et la communication, le DRH ne sera pas efficace  pour mener à bien les politiques RH qu’il doit mettre  en œuvre. Le DRH est celui qui agit directement sur le capital humain qui est la 1ère richesse de l’organisation.

Lire aussi : "Le DRH se met au cœur et à l’écoute de son environnement"


Je me «  bagarre  » toujours avec mon DG parce qu’il a l’habitude de demander « ça coûte combien » en parlant du capital humain. Je peux comprendre sa position parce que nous sommes dans les affaires, mais au-delà de « ça coûte combien », il faut voir l’investissement immatériel.

Avec le contexte Covid et toutes ces transformations que nous vivons, l’enjeu, aujourd’hui, dans les organisations réside dans la communication ; il faut arriver à se comprendre. Et la cohésion au sein de l’entreprise, c’est d’abord et avant tout au niveau de ce binôme DG – DRH, et après cela va rejaillir sur tout le reste de l’organisation.  J’insiste enfin sur ce qu’on veut mettre dans l’appellation «  posture  ». Pour moi la posture, c’est comment je dois apparaître par rapport à mes responsabilités, mes prérogatives et toutes les attentes qu’il y a derrière cette derrière cette posture. La posture est différente de la position…
Les DG doivent avoir à l’esprit qu’ils doivent fonctionner avec leur DRH et c’est là toute la problématique de l’efficacité de ce dernier.

Le DRH ne doit pas oublier que le DG est aussi un salarié et que par conséquent, il est aussi chargé de son bien-être et de son développement».

Vous pouvez partager cette publication!

Voir aussi

Laisser un commentaire




whatsapp