Les Rencontres Pays RHMAG / Il est primordial de travailler sur les Hommes qui font nos organisations...

Retrouvez l'interview du Pr Akodah AYEWOUADAN,Ministre de la Communication et des Médias,Porte-parole du Gouvernement (TOGO)

Votre regard sur l’importance des Hommes qui vous accompagnent dans l’atteinte des objectifs assignés à votre ministère...

Je pense que l’atteinte des objectifs assignés à mon département ministériel dépend des Femmes et des Hommes qui m’accompagnent dans cette mission.
Vous aurez beau avoir du matériel de pointe, si vous n’avez pas la ressource humaine de qualité, vous ne pourrez pas obtenir de résultats. A notre avis, il faut remettre en question l’ensemble de nos process et envisager surtout de les améliorer sinon nous ferons toujours face aux mêmes problèmes auxquels nos organisations sont confrontées. Il est donc primordial de travailler sur les Hommes qui font nos organisations sinon il nous sera impossible d’être compétitifs. Les rencontres, qui se tiendront bientôt à Lomé et envisagent de former, d’informer et de transformer le capital humain de nos Etats afin de répondre à leurs ambitions, viennent à point nommé.

Veuillez vous inscrire ici pour les RENCONTRES PAYS RH MAG prévues les 1er et 2 Décembre 2022 à l'Hôtel 2 Février de Lomé.

Quelles sont les actions menées pour solutionner les difficultés liées au développement des compétences dans votre ministère ?

Nous avons initié des projets pour la formation du personnel des structures qui dépendent de notre ministère. L’un des projets, intitulé PROFAMED, est destiné spécifiquement au renforcement des capacités des professionnels de la communication, notamment les journalistes. Cela est parti du constat que la formation dont ils ont généralement bénéficié avait une dimension un peu trop théorique. Nous
avons alors redimensionné la formation avec plus de 70% de pratique nécessitant l’intervention de professionnels du métier et évidemment 30% d’approche théorique.
Il y a également une réforme en cours pour les médias publics visant une fusion de la télé et la radio au sein
d’une même entité afin de mutualiser nos moyens et optimiser, par la même occasion, notre personnel.
Sur l’aspect fonctionnement administratif et autres, nous somme en collaboration avec un cabinet RH du Togo pour restructurer et redimensionner la politique RH de notre département.

Votre avis sur le contenu proposé par les médias à l’aube de l’instantanéité des réseaux sociaux...

C’est vrai que les médias doivent s’aligner sur les sujets liés à notre société actuelle mais il y a tout de même une exigence en termes de contenus auxquels ils sont astreints. Par exemple, quand vous regardez le journal de 20H, vous vous attendez à avoir une information vraie et de qualité. Mais sur les réseaux sociaux, on est plus sur l’instantanéité, l’immédiateté où nous sommes plus exposés aux fakes news.
Que l’on soit attentif aux tendances des réseaux sociaux, chose tout de même normale, les médias classiques doivent, néanmoins, conserver cette hauteur qui fait d’eux une référence quand on cherche l’information de qualité. En revanche, dans l’Entertainment, ceux qui font du buzz tentent, généralement,
de nous imposer des contre-valeurs ou des valeurs qui n’en sont pas. Notre défi est de faire en sorte que ces valeurs éphémères ne s’imposent pas à nous.
Les médias doivent participer à ce combat d’éducation de notre société et ramener tout le monde à une seule et simple chose, le bon sens. Le plus souvent, cette capacité à discerner clairement ce qui est évident, est l’arme ultime qui permet de déconstruire les fausses informations.

Quels sont, selon vous, les métiers d’avenir dans la perspective de développement économique du Togo ?

J’avoue que je n’aime pas parler de métiers d’avenir. Notre postulat est que c’est d’abord et avant tout, une
formation de qualité dont nous avons besoin et après, la capacité à faire preuve d’une certaine agilité, l’adaptabilité aux exigences de certains métiers qui fera le reste. A la lumière de mon parcours, je me rends compte que pour réussir, il faudrait être en mesure de s’adapter aux opportunités qui se présentent à nous. Cependant, cette capacité d’adaptation requiert, elle-même, une formation de base de qualité à laquelle viendront se greffer d’autres atouts comme des soft skills et, bien sûr, une certaine ouverture d’esprit qui vous permettra d’avoir une vue large sur tous les autres métiers actuels et d’avenir.

CLIQUEZ ICI POUR VOUS INSCRIRE AUX RENCONTRES PAYS RHMAG


Vous pouvez partager cette publication!

Voir aussi



whatsapp