Details
news-details

Nous sortons petit à petit de cette situation de Covid et ses effets qui, nous le souhaitons, disparaîtront définitivement. Aujourd’hui les choses reprennent plus ou moins normalement aussi bien dans les entreprises que dans les associations et groupements de personnes. Et donc la situation au RIGRH n’est pas différente de ce cliché et je dirais que le réseau se porte bien…


L’année 2021 est globalement positive en tout point de vue au niveau du RIGRH même s’il faut reconnaître qu’elle a difficilement démarré du fait de la reprise post-Covid et le décès de nombreux de nos pairs. Nous avons donc une pensée pour tous ceux des nôtres qui ont été rappelés à Dieu notamment notre aîné René Cautoclaud, Antoine Marty… qui font partie des membres fondateurs de notre organisation professionnelle le RIGRH. Au-delà de ce côté sombre de notre bilan, nous avons mené à bien nos activités que nous avions prévues dans le cadre de l’exercice 2021. Même si les webinaires sont toujours au menu des activités, nous avons effectivement repris celles en présentiel. Elles ont démarré par la réception du DG de la CNPS qui nous a entretenus sur la revalorisation du SMIG. Nous avons renforcé notre partenariat avec le Patronat lors d’une rencontre au cours de laquelle nous avons été instruits sur un certain nombre de points. Nous travaillons en étroite collaboration avec la Commission Sociale de la CGECI et aussi avec l’Union Générale des Entreprises de Côte d’Ivoire (UGECI) où nous avons un poste de vice-président à la Commission Sociale également. Nous avons également participé à des activités en dehors de la Côte d’Ivoire, sur l’échiquier sous régional, à travers des organisations dont nous sommes membres, notamment l’Association des Formateurs et Directeurs du Personnel (AFDP) qui regroupe tous les pays francophones ouest africains mais aussi le Cameroun et plus haut, dans le nord, le Maroc, la Tunisie, la Mauritanie. Nous avons également pu participer cette année aux Journées Africaines des Ressources Humaines (JARH) en juin dernier en Tunisie où nous avons partagé notre expertise à travers des communications. Aussi avons-nous pu, avec notre illustre partenaire RH Mag, organisé avec brio et éclat, la 8ème édition des Journées Nationales des Ressources Humaines (JNRH). C’était à la fois un pari et un challenge à relever après une année d’arrêt due à la crise sanitaire. Enfin, nous avons tenu tous nos ateliers au programme cette année avec nos partenaires, notamment avec le Patronat sur la RSE et le CNAM sur la CMU. Nos séances de formation, de webinaire se tiennent aux dates et lieux prévus sans soucis.

Lire aussi: « L’idée est de fonder nos actions sur des outils qui ne seront jamais parfaits mais… »


Après la première édition de la mise en oeuvre du programme HR BP menée de concert avec la MDE Business School, nous avons concrétisé lors de la deuxième édition avec près de 40 participants. Tout ceci pour vous montrer que les choses bougent et avancent sereinement au RIGRH. Nous sommes satisfaits de notre bilan. En termes de perspective, il faut dire que nous sommes résolument lancés et engagés pour mener à bien l’engagement que nous avions pris au début de notre mandat  : le renforcement des capacités des acteurs. Pour nous un bon HR, c’est celui qui maîtrise son environnement et son périmètre d’action  ; c’est celui-là qui apporte de la valeur à son entreprise et aide ses collaborateurs à grandir. Nous sommes engagés sur cette voie pour sécuriser la fonction et les personnes qui l’exercent.


A l’orée de 2022 que je voudrais qualifier d’année d’espoir, je voudrais souhaiter la bonne santé à tous et à chacun. Que cette année soit celle de la consécration et que les HR impactent encore plus leurs environnements. Nous devons donner le meilleur de nous mêmes pour permettre à notre fonction  de rester la fonction centrale dans cet  environnement global ; nous devons être une  force de proposition pour nos différentes organisations.

Vous pouvez partager cette publication!

Voir aussi



whatsapp